La construction navale

Bordé, calfatage, doublage


musée de Regnéville



Goélette dans la forme de carénage Chantereyne à Cherbourg - photographie (tirage moderne)

Inventaire : RE_1990_002_012

Auteur : Victor Lefrançois, Quincaillier et photographe amateur.

image

Technique : Photographie positive
Matériau : Tirage moderne
Hauteur : 0,30m
Largeur : 0,40m
Période : 1er quart du xxe siècle.
Millésime : Vers 1905


Au xixe siècle, à un moment où le trafic maritime se développe, les côtes ouest de la Manche sont handicapées par le manque d’équipements permettant l’entretien des navires.
Il est surtout particulièrement difficile d’assurer le carénage des bateaux de grande taille et surtout d’intervenir sur les doublages en cuivre des coques.
Le seul équipement disponible est alors la cale de radoub de Chantereyne à Cherbourg achevée en 1858.

C'est un bassin en granit avec des degrés intérieurs qui permettent d’accorer le navire de toutes parts et dont l’un des petits côtés reprend la courbe d’une poupe de navire. La forme est fermée par une porte qui permet de travailler au sec.
L’autre forme qui subsiste aujourd’hui dans le port de Granville est plus tardive et les travaux seront seulement achevés en 1888.
Il n'existe alors entre Brest et Cherbourg aucune cale sèche capable de recevoir un navire de la taille d'un terre-neuvas. Ceci entraînera la construction en 1908 d’un bassin de radoub privé, ouvrage unique en son genre, à La Landriais, dans l’estuaire de la Rance.

Achat Aux épaules