Naviguer en vue des côtes

Les instruments de navigation


musée de l'île Tatihou



Phare de Gatteville - Tableau

Inventaire : 005_01_016

Auteur : Ferdinand Perrot, Paimboeuf, 1808 ; Saint-Petersbourg, 1841.

image

Technique : Peinture à l’huile
Matériau : Toile
Hauteur : 0,545m
Longueur : 0,87m
Précision sur les dimensions : Sans cadre
Période : 2e quart du xixe siècle.
Millésime : 1839
Inscriptions : En bas à gauche “Ferd. Perrot 1839 / Phare de Gatteville”


Le phare de ce cap [Barfleur] et celui de la Hague font l’horreur des gens de mer par la quantité des vaisseaux qui s’y perdent pendant la nuit tous les ans
note Sébastien Le Prestre de Vauban dans sa Visite des costes de Normandie.

En 1765, on dénombre quarante navires perdus en trois mois. L’importance de l’éclairage des côtes pour le trafic maritime fait que c’est à l’initiative de la Chambre de commerce de Rouen qu’est construit par l’ingénieur Duché, le premier phare de Barfleur allumé le 1er novembre 1775.

Le second phare sera construit par l’Etat, de 1829 à 1835. Il devait avoir une portée telle qu’il devait servir de relais entre le phare de la Hague et celui de la Hève.

Ferdinand Perrot (Paimboeuf 1808 – Saint-Petersbourg 1841) est peintre et lithographe. Il est le spécialiste des vues topographiques où l’on retrouve le souci du détail dans la représentation des bâtiments et des vaisseaux.
Dans ses marines, il développe une vision romantique en peignant des ciels tourmentés dans l’esprit de son maître le peintre de marine Théodore Gudin.